Parce que je suis vivant, malgré tout…

Parce que vous êtes passé à côté de moi, de ça, de ces posts oubliés pour cause de course folle
Parce que j’avais des titres, des sujets
Parce que je voulais parler de la crise avec un truc du genre « Parce qu’après la chute du mur de Berlin et la fin du communisme, voici la fin du capitalisme avec la chute de la rue du mur »
Parce que je voulais vous parler de moi, et du fait que l’on me faisait me sentir beau en ce moment, avec un titre un peu provoc (surtout pour ceux qui savent que je ne suis absolument pas sûr de mon physique) : « Parce que je suis beau » ou « Parce que l’on me trouve beau »…
Parce que j’aurai pu parler de solitude, de célibat, des images que me renvoient le « condamnation d’AdaM » sur mon passé d’homme marié
Parce que j’aurai pu parler de mes nuits alcoolisées, à courir les bars, les clubs, de ce matin en fin de semaine dernière où je me suis réveillé chez un charmant garçon avec qui je n’avais fait QUE dormir (sisi !!!), et de cette marche tranquille en remontant vers mon appart
Parce que j’avais préféré poser mon casque sur les oreilles, regarder Paris travailler, tel un zombie déambulant dans une ville que je connais que trop bien mais où je découvre encore et encore des portions incroyables
Parce que j’aurai pu vous parler de se sentiment bizarre où quand un ami ne va pas bien, je suis incapable de savoir quoi dire, de trouver LE bon conseil, LA bonne chose à dire mais quand même temps j’ai l’impression de lui faire un peu de bien en étant près de lui
Parce que quand un ami m’appelle je suis incapable de lui dire non, même si je n’ai pas l’esprit à le voir
Parce que je dis rarement non, à un ami, un amant, un plan Q… un ex sur le retour, un amant envahissant, un ami chiant, un mari me repoussant…
Parce que je passe des nuits seul, parce que je passe des jours seul
Parce que je ne peux plus travailler, parce que je n’ai plus les moyens de partir encore en vacances
Parce que je ne dors plus
Parce que je ne me réveille plus
Parce que j’ai envie de rien, de tout et du reste
Parce que mes semaines passent lentement trop vite
Parce que mes week-ends passent à tout vitesse
Parce que j’ai des projets qui sont tombés à l’eau de scooter
Parce que j’ai d’autres projets qui arrivent et qui me ravissent
Parce que je suis heureux de lire la place que j’ai dans ton coeur réparé
Parce que je suis heureux de lire la place que j’ai dans ton coeur fracassé
Parce que lorsque je suis avec vous, il m’arrive d’être ailleurs pour mieux penser à vous
Parce que je pense souvent à vous

Publicités

Une Réponse to “Parce que je suis vivant, malgré tout…”

  1. Camille Says:

    « Parce que mes semaines passent lentement trop vite »…… génial !!! J’adoOore !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :