Archive for the ‘alcool’ Category

Parce que je recommence à sortir…

21 juillet 2007

Depuis que j’ai arrêté de travailler, c’est-à-dire depuis que je revis, que je recommence à écrire sur ce blog, que je recommence à voir mes amis… Donc depuis une semaine, je ne m’étais pas vraiment une bonne grosse nuit de sortie avec alcool toute la nuit. Je restais sage, un verre ou deux pas plus. Mes amis commençaient à croire que j’avais arrêté l’alcool.
Et bien non ! Je bois, surtout hier soir, enfin soir, je devrais parler de nuit plutôt.
Parce que j’ai commencé par mater quelques épisodes de Desperates Housewives que j’avais en retard (3.19, 3.20 & 3.21 je crois) chez mon ex. Petite soirée tranquille qui aurait pu se terminer là, soit chez moi seul, soit chez lui…
Que nenni, en sortant j’ai enfourché un Vélib’, je suis descendu en ville. Pour un premier verre avec des amis sur Bastille. Je me sentais pas en forme, et je les ai abandonné pour enfourché un Vélib vers Chatelet en pensant prendre un metro ou un Noctilien vers chez moi. Je décline même une nuit de sexe avec un bo rebeu (R.) qui me harcèle pour que je passe mes nuits avec lui.
Et là, c’est le drame… je croise un ami qui ferme Le Kafé (donc il était à peu près 2 h, ce qui plutôt tôt) et on décide de se retrouver à l’Arbre à Palme à côté.
J’y suis avant lui, je discute avec Rémi, afin de connaître les derniers ragots du quartier, puis je m’installe seul au comptoir.
J’aime bien regardé la foule dans un bar, le manège des serveurs, des barmen, les tentatives d’accostage, les gens rentrer, sortir… J’aime ses mouvements.
Et je croise à plusieurs reprises le regard de ce rebeu mignon, qui se contorsionne pour me regarder 3 secondes. Il est avec un hétéro, qui me mate pour savoir si je mate son pote… puis vient vers moi avec une histoire à 2 balles (j’avais oublié que les hétéros étaient aussi lourd pour accoster !) mais qui me premet d’engager la conversion avec le rebeu.
Il est hôtesse de l’air, me raconte sa vie et ne me pose pratiquement aucune question sur moi.
Je suis torché et j’embrasse le cou et le début des seins de Rémi (c’est le surnom d’une fille…).
Là, je sens que c’est le moment de partir.
On part au même moment que le stewart et son pote, mais ce soir je n’aurait droit qu’à son numéro…
Pour rentrer, je me dit qu’un Vélib’ ne serait pas serieux et sur le chemin vers le noctilien, je rencontre un charmant philippin, j’adore son anglais, échange de tel et basta…
Je ne sais pas ce qui se passe mais je rencontre que des touristes (serait-ce l’été ?), il y a deux jours c’était un irakien d’Amsterdam.
Comme disait Sophie Calle « No sex last Night »

Publicités

Parce que tout le monde en a déjà parlé l’année dernière

19 juillet 2007

Le mentos et le Diet Coke c’était l’année dernière, souvenez-vous :
The Diet Coke Mentos Experiments

Maintenant, encore plus fort, Mentos et Carlsberg !!!

Mentos + Carlsberg

Sinon, pour ceux qui se demande ce qui se passe pour l’eau, du sirop de fraise et de l’anis….
L’expérience H²O n51 Teisseire

EDIT
Il y a aussi Mentos et Tetley via Aeiou

Parce que j’ai dormi avec un bien joli garçon

28 avril 2007

Depuis quelques temps je discutais avec un jeune mec qui cherchait une collocation.
(Pour ceux qui n’ont pas suivi, j’ai déjà un coloc depuis bientôt un mois.)
Donc, ce jeune homme, à la voix charmant, a mis du temps pour me rappeler.
J’ai bien aimé nos conversations téléphoniques et je voulais le rencontrer, donc je ne lui ai pas dit que la place était prise.
Rendez vous jeudi soir, après ma première journée de taf.
Je le vois arriver et je me dis Miam.
On boit un verre, on discute bien, je lui propose de manger, puis un dernier verre et je le raccompagne enfin chez lui (ou plutôt chez un ami qui n’est pas là et qui lui prête son appart), à côté de chez moi.
On est tous les deux un peu éméchés, on s’embrasse, on s’allonge sur le canapé, il me fait comprendre qu’il a des principes (ah ces rebeus…) on fini quand même sur le lit en caleçon (j’aime la chaleur actuelle).
Je le laisse, je retourne chez moi et je fais de beaux rêves.
Vendredi soir, je vois mes parents et sur le chemin du retour, je l’appelle.
Une demi-heure au téléphone, et il accepte de venir à l’appart (coup de chance, mon coloc et de sortie pour un plan Q ?)
On s’embrasse, on s’allonge, on se chauffe mais non il n’enlèvera pas son caleçon…
On s’endors, et au réveil, je retente mais c’est toujours trop tôt. On finit nu dans les bras l’un de l’autre.
Il s’en va, veut me revoir très vite.

C’est quoi ces garçons qui chauffent mais qui ne couchent pas
C’est quoi ces garçons qui ne couchent pas le premier (ni le deuxième) soir
C’est quoi ces garçons qui ont des principes
J’ai passé l’âge de jouer les midinettes
J’ai passé l’âge de jouer au chat et à la souris
J’ai besoin de contact physique
Certes c’est agréable de dormir avec un joli garçon, mais j’ai aussi besoin de coucher avec ce joli garçon

Je n’ai pas envie de jouer aux amoureux qui se bécotent sur les bancs publics
J’ai envie de voir tout de suite si ça peut coller physiquement
J’ai envie de sexe

Parce que j’aime ce que j’écris

23 avril 2007

Commentaire posté chez AdaM

Que de sentiments similaires, ça doit être dans l’air du temps
La vie, la nuit à l’accéléré, en kaleidoscope
Trainspotting, Paris Dernière
Mes nuits sont plus belles que vos jours
Envie d’être nu, d’être deux, de dormir l’un contre, juste dormir (lol), de m’endormir dans les bras d’un autre, de me reveiller dans ses bras
impression de sentir l’air du temps, de ce qu’est Paris là, maintenant, tel que l’on s’en souviendra dans les livres de la petite histoire de Paris
Être là, dans les bons lieux, avec les bonnes personnes, par hasard, juste parce que c’est toi, parce que c’est eux
On cours vers la fin du monde et, en même temps, on a l’insouciance de ces adolescents pour qui tout est permis, rien n’est interdit

Parce que j’ai promis de ne rien dire et qu’il ne sait rien passé

22 avril 2007

Hier, j’ai diné avec mon coloc dans un petit resto tenu par un ami à Faidherbe-Chaligny (toujours aussi bon et aussi joli).
Nous sommes passé au « Durr » pour mater un mec sous la douche (j’ai rêvé où il m’a fait signe ??? j’ai du rêvé!!!), un petit tour dans le marais, un verre au « …du Cancer » (même serveurs depuis 5 ans, ambiance assez pourrie).
Le bel AdaM nous rejoint, sur la route du retour chez lui.
On passe prendre un verre au « Losange » (population toujours aussi jeune!) pour retrouver le plan à 3 de mon coloc.
Un dernier verre, j’abandonne mon coloc et retour à la maison pour dormir (Private Joke).

Aujourd’hui, grand jour, jour d’élection.

Parce qu’il faut que je m’endorme

21 avril 2007

Quasiment tous les soirs, je sors, je bois, je fais 2/3 bars où j’ai mes habitudes, où on m’offre des verres.
Quasiment tous les soirs, je claque de la thune, je me bourre la gueule et je finis à 6/7h du mat’ à bouffer un Double HotDog rue St Denis.
En fait, c’est surtout ça qui est mauvais pour moi, qui me fait vomir parfois, ce n’est pas l’alcool mais c’est cette nourriture (Kebab, HotDog et autres).

J’ai besoin de me restructurer, de casser ces habitudes post-tournage, de rencontrer de nouvelles têtes (autres que celles que je vois quand je suis torché).

En même temps, l’électro-choc de demain 20h sera terrible…

Parce que là, il faut vraiment que je me calme

18 avril 2007

Elvis était dispo pour moi ce dimanche et on a été mangé avec Krim au Bistrot.
Beaucoup de rires, comme d’habitude…
On passe à l’arbre à Palme, je prends un Gini Lemon (oui vous avez bien lu, je n’ai pas bu d’alcool !!)
Et retour à la maison assez tôt (3h)

Lundi, je me lève tard, je fais ENFIN mes courses.
Mon coloc m’a proposé de les faire ensemble, comme un vieux couple.
C’est assez drôle, on se croise dans les rayons, j’ai presque l’impression d’être dans une de ces séries américaines où les héros se croisent et se draguent dans les Supermarkets.
Quelques homos entre les fruits et les yaourts, je ne savait pas qu’il y en avait autant dans le quartier.
20h, j’enchaine deux plans Q merdiques, c’est pas ce soir que je vais baiser…
Je descend à chatelet, promis je rentre tôt.
Je tombe sur S. qui est déjà bien entamé, je ne peux pas le laisser comme ça.
On est assis par terre dans la rue.
Lui veut aller boire un verre à côté, moi je fais tout retarder le moment où il recommencera à boire.
S. finit par rentrer en taxi pour un plan avec une superbe fille.
LE Kafé ferme, on va à l’arbre à Palme.
Je discute avec un habitué, de bons ragots de quartier vraiment très croustillants.
L’Arbre à Palme ferme, un plan Q et il est 11h quand je rentre chez moi.
J’avais dit que je rentrerai tôt… je ne pensais pas à tôt le matin!

Je dors, je me lève à 15h.

Je dois passer à la prod récupérer le scénar du prochain tournage.

Diner avec un viel ami.
De nouveaux ragots nous arrivent à l’oreille, c’est les feux de l’amour, Santa Beaubourg, Plus gaie la vie, tout cela réunit autour de nous…
C’est pas ce soir que je vais me coucher tôt, ni baiser…

Parce que je me repose aussi

15 avril 2007

Après ma terrible (dans le bon sens) soirée de vendredi, ce week-end a plus été au farniete.
Un verre à l' »Ours des Montagne » avec le bel AdaM on a discuté de l’Amour, du Q et du sexe. Il a l’air très excité par mon coloc (même sans l’avoir vu), j’ai essayé de les faire se rencontrer mais j’ai echoué.
Un peu de la vie en général aussi, de la politique (Message perso : NE Votez PAS S a r k o).
Je pars faire la tounée des bars où on a nos habitudes avec Elvis.
L' »Arbre à Palme », l' »Ouvert » où G. devait travaillé mais en fait non.
Je me décide à faire mes courses que je devais faire la veille. Mais en passant devant le « Bizarre Penne » bar on s’arrete pour boir un (seul ?) verre avec L. et S. qui y travaille.
On est bien, j’ai faim, on commande un plat de pates (pas mal mais sans plus) et un assortiment de Bruschetta (pas mal).
Encore un verre, il est trop tard pour les courses (minuit passé).
Pourquoi le Daily ne ferme pas à 6h du mat ??? (Votez S a r k o… lol euh enfin non, pas lol du tout…)
On passe AU Café, il ferme.
On reprend un verre à l' »Arbre à Palme » et puis j’y vais.
Il est tôt pour une fois, je rentre, il est 3h.
Dimanche, Je me lève tard.
Mon copain R. (mignon marocain follement amoureux de moi) passe me voir.
Mon coloc pars pour un plan à 3, on a l’appart pour nous…
Il est tard, j’ai faim, on descends sur Hotel de Ville pour manger un truc à l’EtoileBeurck.
AdaM passe accompagné d’un jeune homme (encore une rencontre !?!).
Pour ce soir, j’ai rien dans le frigo, les magasins sont fermés, je vais encore une fois devoir manger au resto.
Elvis ? dispo pour m’accompagner ?
La suite next time.

Parce que je passe de très bonnes soirées en ce moment

14 avril 2007

Hier, la soirée commençait tranquillement après une fin d’après midi avec Elvis dans LE café,
on passe à « l’arbre à Palme » pour boire un verre (habituellement on y passe plutôt plus tard (vers 3h du mat)).
J’avais rien de prévu et je pensais faire quelques courses au Daily Monop d’à côté avant de rejoindre mon coloc qui recevait des amis.
Un petit coup de fil de Lip. (un très viel ami, ancien collègue d’une ancienne carrière, d’une anciènne vie, lui est maintenant chez un Gros du ciné (Luc B.))
Il me propose de venir le rejoindre au « DuVillage Bar » où JS, un de nos vieux amis (et ancien collègue d’une ancienne vie….), est directeur.
J’arrive, LE quatrième de notre dream team, K. (viel ami, ancien collègue d’une ancienne vie… maintenant bien placé dans une radio de talk) est en train de discuter avec un ancien client de notre ancienne boite, récemment césarisé, pas envie de lui parlé…
Je vais directement au bar, embrasse mes amis, fais la connaissance d’un des leurs, M. (j’ai pas encore compris ce qu’il faisait), salue le barman (meme prénom que moi) et je commence à faire connaissance avec le nouveau (M.)
K. arrive enfin, content de le voir après longtemps, découvre son putain de nouveau tatoo (toute des sluts).
On boit, on rit, bon début de soirée.
On passe à côté pour manger, on est bruyant,
3 hétéros déchainés et moi pas en reste,
c’est la sortie du thon et de la morue ce soir.
Quelques mignonnes, quelques mignons mais rien pour nous…
On se marre beaucoup, beaucoup trop, (beaucoup trop) fort, mais on passe un excellent diner.
La copine de M. débarque, A. (bosse dans La grande chaine Musicale TV), j’ai un peu peur au début, je n’arrive pas à la « jauger » du premier coup d’oeil et puis tout bascule.
Excellente rencontre, j’adore son comportement, son auto-derision et son humour (tout comme celui de son copain).
Encore plus nombreux, encore plus drôle, encore plus bruyant.
On boit puis on rebascule côté bar. On reboit, on se remarre.
On fait la connaissance de L. (réalisateur quelques gros succès critique et/ou public)
Moi toujours mal à l’aise lors d’une première rencontre avec quelqu’un, je ne parle pas beaucoup.
E. arrive (ancienne d’une radio parisienne) avec qui on avait travaillé dans une ancienne vie…
On se marre, on se rappelle quelques vielles soirées, quelques beuveuries (pas elle, mais nous).
Moi, très heureux de la revoir car elle est passionnante, pétillante (ça va la faire rire que je lui reparle de cela).
M., A. et K. partent au « Je suis très connu pièce », c’est à l’opposé de chez moi et je suis bien ici.
Lip., E. et moi, on continue à boire, le bar ferme, le videur vide, on reste seul avec l’équipe du lieu.
Eux range, nous on boit.
La musique augmente de volume, on est les seuls dans les lieux.
La musique est vraiment bonne, j’ai pas envie de partir mais il est l’heure.
Pas envie de me joindre à l’équipe du bar pour aller en face au « roi latin »
Je pars
Je descends les boulevards
Je rentre ou je sors ?
Je tel à mon coloc : il va dormir, dommage
Je tel à Elvis, sur Bastille, on se rejoint à l' »arbre à Palme »
Un plan Q merdique sur la route (je raconterai (avec moins de détails) plus tard si vous êtes sages).
Arrivée au Bar, bien rempli, super chaud.
Clientèle assez jeune, je traverse, j’embrasse quelques habitués, pas envie de parler avec eux, encore trop bien dans l’ambiance du début de soirée.
Je m’accoude au bar, le barman me sert MA boisson. (encore trop d’alcool, je n’en peux plus des doubles/triple/quadruples doses).
Personne avec qui j’ai envie d’engager la conversation
Elvis n’arrive pas
Elle ne reponds pas
Je me fais mater, un peu draguer (ça fait du bien mais c’est lourd parfois)
Un mec se frotte à tout le monde, se fout à poil, commence à se faire sucer, le barman dit rien, je comprends pas.
Une hétérote gueule un peu, il se rhabille puis continue de chauffer tout le monde.
Un couple d’hétéro m’offre un verre, on discute, super sympa, lui me fait terriblement penser à mon frère, elle est assez belle. Ils sont beaux, ils sont libres.
Il est tard, ils doivent rentrés.
Moi aussi, je devrais rentré.
Elvis no news good news ??
Je pense rapidement à Sophie qui s’est fait enlevée et dont le copain et les parents n’ont pas de nouvelles.
Je chasse vite cette idée.
Je rappelle Elvis, nothing
Ouf, elle me rappelle.
Elle arrive.
Le bar va fermé.
Clients vidés par le videur.
Les serveurs désservent les tables, rangent la salle.
Ca me rappelle quelque chose
Il est tôt maintenant
Je dois rentré
J’ai faim, j’ai pas pu finir mon dernier verre, trop d’alcool
Notre kebab est fermé, on se rabat sur un autre, le hotdog est dégueux
Je rentre
Je dors

il ne faut pas que je recommence ce soir